Amitié franco-serbe

Amitié franco-serbe

Les "malheureux" kosovars

Le premier ministre kosovar Hashim Thaçi a été le chef d'un réseau criminel responsable du trafic d'organes prélevés sur des prisonniers serbes et albanais, affirme un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), cité par les médias européens. "Nous avons établi que Hashim Thaçi, célèbre homme politique kosovar, était à la tête du groupe criminel de Drenica", lit-on dans le rapport publié un jour après que le parti de Thaçi a remporté les législatives kosovares. Selon le rapport, de 1998 à 2000, des prisonniers, principalement serbes, auraient été conduits en Albanie puis abattus pour que leurs organes soient prélevés dans un laboratoire clandestin situé à proximité de l'aéroport de Tirana. L'auteur du rapport affirme également que les pays occidentaux ignoraient les informations faisant état des crimes graves commis au Kosovo à la fin des années 1990. Le dossier sera officiellement présenté jeudi 16 décembre, mais il est déjà disponible sur le site du Conseil de l'Europe. Hashim Thaçi est un des fondateurs de l'UCK (l'Armée de libération du Kosovo), qui luttait pour l'indépendance de la région contre la Serbie en 1998-1999. Le groupe de Drenica constituait la formation dominante au sein de l'UCK. Les autorités kosovares ont déjà qualifié le rapport d'"infondé et diffamatoire".

 

source : RIA Novosti, 15 décembre 2010

 

 

NEW YORK (Nations Unies), 5 juin 2008- RIA Novosti. Moscou demandera au Tribunal pénal International pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) d'informer le Conseil de Sécurité de l'ONU de son enquête sur le trafic d'organes humains au Kosovo, a déclaré mardi le représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU Vitali Tchourkine. "Nous espérons que le tribunal présentera un rapport détaillé sur les mesures prises par le TPIY à la suite des révélations de l'ancien procureur Carla del Ponte concernant des faits cachés par le tribunal", a indiqué M.Tchourkine devant les membres du Conseil de sécurité. Début avril, la Suissesse Carla Del Ponte, ancien procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, a publié un livre de mémoires révélant que l'Armée de libération du Kosovo (UCK) avait kidnappé plus de 300 habitants des enclaves serbes du Kosovo, ainsi que de femmes d'Albanie, de Russie et d'autres pays pour les déporter vers le nord de l'Albanie en 1999. Leurs organes auraient été vendus à des trafiquants internationaux et Hashim Thaci, l'actuel chef du gouvernement kosovar, aurait été informé de cette affaire, qui n'a toujours pas été élucidée à ce jour, selon l'ex-procureur. "Nous avons l'impression que le TPIY ignore les accusations sérieuses, notamment celles de prélèvement massif d'organes humains, prétextant qu'il faut respecter les délais d'achèvement des travaux du tribunal ou qu'il n'y a pas assez de preuves", a noté le diplomate russe. Le TPIY "se doit d'enquêter sur ces faits". "Quand on aura tout vérifié, on pourra étudier les moyens de traduire en justice les personnes coupables de ces crimes épouvantables tout en respectant la stratégie de clôture des travaux du Tribunal", a conclu M.Tchourkine.



15/12/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres